Le projet

Projet 2

Bilan des premières navigations, des premières escales : il nous faut plus de temps pour réaliser un tour du Monde dans de bonnes conditions…

Avec l’école, les visites, l’envie de prendre son temps et de ne pas courir après la montre… notre décision est prise, nous découvrirons quelques parties du monde mais nous n’en ferons finalement pas, cette fois-ci, le tour.

Résultat : nous laissons de côté le projet initial décrit ci-dessous et décidons de prendre notre temps. Ce seront donc 3 ans en Atlantique, des Canaries, au Cap Vert, du Brésil à la Guyane et les Caraïbes, cette grande mer des Caraïbes que l’on aurait passé bien trop rapidement pour aller dans le Pacifique…

Le projet Amap, pour sa part, nous tient toujours à coeur.

Projet 1 : Été 2013 – Été 2016

Après une première boucle en voilier en Atlantique nord, entre juillet 2005 et août 2006 (voir le site http://enfantsatlantique.free.fr) avec notre petite fille de 2 ans, nous avions mis notre bateau en chantier en 2007.

En juin 2013, Chintouna, notre Rêve d’Antilles qui porte bien son nom, a retrouvé sa place sur l’eau. Refait entièrement, il doit nous emmener sur les 3 océans de notre planète pour réaliser une boucle autour du monde (voir le projet de trajet).

3 ans pour 3 océans, à 4… Un autre rythme, avec l’école à bord pour Awen et Arthur, et un nouveau voyage avec de nouveaux paramètres.

Outre l’expérience familiale et humaine que nous allons vivre, nous aimerions l’accompagner de rencontres plus ciblées.

Le premier voyage nous avait emmenés dans des écoles aux Canaries, au Sénégal et en Guadeloupe. Nous étions également suivis par une centaine d’écoliers de Locmiquélic, Riantec et Port-Louis.

Après notre retour, nous nous sommes investis dans une AMAP (association pour le maintien de l’agriculture paysanne) à Lorient. Nous avons approfondi nos connaissances sur les différentes méthodes d’agriculture.

Dans la continuité de ce que nous avons pu vivre au sein de Keramap et Cie (voir http://amaps-pays-de-lorient.org), nous aimerions rencontrer d’autres Amaps dans les pays visités afin d’échanger sur les motivations, les problématiques et les perspectives de ces associations militantes et engagées dans le respect de l’Homme et de l’Environnement. Comme pour les écoles, nous pourrions témoigner simplement de ces échanges et de ces vécus (site, livre, film…). Nous sommes preneurs de tous les contacts possibles et le hasard des rencontres nous portera peut-être vers ceux que nous cherchons.

Le hasard est une loi qui voyage incognito.

Proverbe arabe

Publicités