Mes vacances colorées en Martinique

Chers lecteurs, j’espère que vous allez bien. Je vais vous raconter mes 15 jours de vacances en Martinique.

Elles commencent avec l’arrivée de Mamie, le 18 janvier, jour de l’anniversaire de Maman. Ça tombe bien, nous en profitons pour le fêter ensemble. Nous faisons découvrir la Martinique à Mamie et retournons dans des lieux déjà visités l’année dernière : plage des Salines, Savane des Pétrifications, le François, le Diamant, Tartane, les Anses d’Arlet, Fort de France, les 3 îlets…

(cliquer sur une photo pour l’agrandir et faire défiler le diaporama)

Le 22 janvier, Mamie nous offre une balade en bateau moteur autour des îlets du François et du Robert, sur la côte au vent. Ça nous change de Chintouna : 30 nœuds, ça décoiffe ! Nous commençons par visiter l’îlet Chancel surnommée l’îlet aux iguanes. On en a vus plein dans des positions très rigolotes !

Nous visitons aussi des ruines d’un ancien village d’esclaves. Ils vivaient en autonomie mais bloqués sur l’île. J’y ai vu un ancien cachot, des vieilles maisons, des murs à l’abandon et un vieux four. Nous naviguons entre différents îlets jusqu’à la fameuse baignoire de Joséphine, entre l’îlet Oscar et l’îlet Thierry. Finalement elle n’était pas si fameuse : on n’avait pas pied et l’eau était trouble. Normalement, les fonds remontent et « on a pied au milieu de la mer ». Mais, à cause de tempêtes ou de cyclones, le sable s’est déplacé. En plus, du corail mort tapisse le fond. On a quand même bien apprécié le petit bain dans la baignoire…

Le lendemain, Mamie nous emmène au Jardin de Balata. C’est un jardin magnifique, au nord de Fort de France, la ville principale de l’île. Il a été créé par un monsieur qui, tout petit, a voyagé autour du monde avec son père. Ce voyageur a découvert plein d’espèces de plantes et de fleurs. Passionné, il décide de faire un jardin où toutes ses découvertes pourraient être rassemblées. On peut y voir une grande palmeraie, toutes sortes de fleurs et de plantes, des colibris et des mares avec des nénuphars. On a même marché avec Mamie et Arthur sur des ponts suspendus à 50 mètres de haut ! La vue y est extraordinaire !

La semaine d’après, c’est expédition à St Pierre. Nous projetons de monter la Montagne Pelée, ce volcan, déclaré toujours actif, qui a détruit la ville de St Pierre en 1902. Avec la voiture, nous montons en altitude. Arthur et moi nous amusons à regarder le thermomètre de la voiture qui descend de plus en plus jusqu’à atteindre 18°C. Une température qui nous est inconnue depuis le départ du Cap Vert… Ça fait du bien d’avoir un peu froid ! Malheureusement, au parking du 1er gîte, on n’y voit rien : il pleut et il y a du brouillard. Nous rebroussons chemin, dépités. Heureusement, nous avions un plan B : visite de la rhumerie Depaz et de la ville. Ce qui est bien à St Pierre, c’est que quelques ruines de l’éruption de 1902 ont été conservées. Nous visitons donc l’ancien théâtre et le fameux cachot de Cyparis, seul survivant de l’éruption.

La veille du départ de Mamie, nous assistons à une répétition du carnaval à Ste Anne. Je ressors enfin mon chapeau et mon masque rouges achetés l’année dernière au carnaval de Fort de France ! Ce petit défilé est un avant-goût du grand carnaval qui aura lieu la semaine suivante.

Le 1er février, c’est le jour du départ de Mamie : nous sommes tristes de la voir partir car nous avons passé de bons moments ensemble… Encore quelques photos.

Et voilà, mes vacances colorées sont terminées. L’école reprend le lendemain et j’ai intérêt à me lever à l’heure…

Merci à Mamie pour ses photos qui s’ajoutent aux miennes.

Au-revoir à tous ceux qui me lisent et à bientôt,

Awen

Publicités