Vers une nouvelle année : de Grenade à la Martinique

Hello everybody ! How are you ?

Je vais vous raconter ce que j’ai fait sur l’île de Grenade, appelée aussi l’île aux épices.

Après avoir dit au-revoir aux amis de Trinidad, nous mettons les voiles vers Grenade ! Nous partons à 5h du matin pour ne pas arriver trop tard le soir. Pendant cette navigation, Maman voit deux gros dauphins. Vers 22h , nous mouillons au sud de Grenade, à l’Anse aux Épines. Le lendemain , nous retrouvons plein de copains de bateaux !

Puis, après quelques jours, nous filons au mouillage de St Georges, la capitale de l’île. Nous y retrouvons l’équipage de Samaya. Arthur en profite pour jouer avec son copain Eole et j’essaie le wakeboard : une planche de surf tirée par une annexe. Le but : rester debout sur la planche tout en étant tiré. Ça va vite et ça décoiffe ! J’y arrive bien et Arthur aussi.

Après avoir bien profité des Samayas, il est temps d’aller à la marina de St Georges pour accueillir Mido qui vient passer une semaine avec nous. Elle arrive à 23h, de France, bien fatiguée par le voyage. Nous sommes heureux de nous retrouver après deux ans de séparation. Pendant deux jours, nous nous reposons à la marina, profitons de la plage et visitons la ville de St Georges.

Le lundi, nous prenons un taxico pour aller à Belmont Estate, au nord est de l’île. C’est un endroit très sympa où l’on fabrique du fromage de chèvre et du chocolat. Nous voyons donc les chèvres et les plantations de cacao. Nous dégustons même du chocolat, en morceaux et en boissons… Hummm…. Il y a aussi de belles petites balades où l’on peut voir de magnifiques fleurs et plantes. On mange même au restaurant de Belmont : super bon ! Ensuite on reprend un premier taxico, puis un deuxième et enfin on rentre, après avoir été bien secoués dans les différents véhicules. Enfin, nous rentrons à la marina où nous pouvons nous baigner, de nuit, dans la piscine…

Le mardi matin, nous voyons arriver Camille, rencontrée à Jacaré au Brésil, avec son compagnon Bruno et leur chat, Soja. Ils viennent nous rejoindre à la marina avec leur bateau YOL d’un peu plus de 6 mètres. Ils arrivent du Brésil après un arrêt en Guyane. Nous passons une super journée ensemble.

Le mercredi, nous embarquons Camille et Bruno à bord de Chintouna et nous larguons les amarres, direction La Molinière. La Molinière est un mouillage situé au nord de St Georges, à environ 4 milles de la marina, où l’on peut voir des statues disposées un peu partout au fond de l’eau, dans une zone délimitée par des bouées rouges. Une fois sur place, j’attrape une bouée avec Camille à l’avant du bateau. Après un petit café (pour les adultes), nous plongeons dans cet univers de coraux… Et là, nous tombons sur les statues! Elles sont toutes différentes. Il y a deux cercles d’enfants, une femme qui prie, Jésus, un phare, des sirènes et des personnes allongées. L’après-midi, nous repartons plonger et en rentrant, on remarque la présence d’un grand barracuda sous le bateau !!!

Le lendemain, nous remettons les voiles avec le même équipage et nous allons à Morne rouge, au sud de la marina. Le mouillage est magnifique, mais rouleur. Quand on plonge, on voit super bien le fond mais malheureusement, le corail est mort. Au retour, nous tirons des bords pour retourner à la marina. Maintenant, je hisse la grand-voile et je la descends avec Papa.

Le vendredi, en allant faire des courses, nous tombons sur un arbre dont les graines sont rouges. Nous en ramassons pour en faire des colliers. Puis, avec Arthur, nous allons à la piscine. Le soir, c’est pizzeria avec des frites à l’apéro… Hummm… Car le pêcheur ne nous a pas ramené de langouste comme promis… Le dimanche matin, à 6h, nous aidons Mido à fermer ses bagages, Papa lui prépare son petit-déjeuner et nous l’accompagnons à son taxi. Nous sommes tristes de la voir partir. On a passé de bons moments ensemble et les vacances sont finies…

Deux jours après, nous décidons de remonter plus nord vers Carriacou et Tyrel Bay.

Au-revoir Grenade, l’île du chocolat et de la noix de muscade !

Pendant cette navigation, nous mettons la traîne pour essayer de pêcher. Des fous de bassan, en grand nombre, essaient d’attraper notre leurre… ils s’écorchent les ailes, le bec… Nous devons remonter notre traîne et nous ne pêcherons aucun poisson. A Carriacou, nous retrouvons des copains de bateau : Patrick et son chien Coyotte, Alain, le mécanicien, Yol et Jolly Roger, le bateau de Bob et Martine. Nous rencontrons aussi un couple de Lorientais, Audrey et Sébastien, sur le bateau Galopin, un voilier en acier. On reprend aussi l’école, on plonge, etc. Le jour avant de partir à Union, une île des Grenadines, Martine me donne un cours d’aquarelle pendant lequel je réalise une queue de baleine. Nous faisons aussi un peu de wake avec Bob. Et, alors que je suis sur ma planche de surf, une raie léopard saute devant moi ! C’est magique !

Puis nous décidons de partir à Union, au fabuleux mouillage de Ashton avec nos amis du catamaran Samaya. L’eau est turquoise tout autour de nous ! Il y a à peine 2 mètres de fond et des étoiles de mer en grande quantité !!! Après avoir fait du kite avec Gireg, réalisé de belles plongées et aussi avancé l’école, nous allons à Chatham Bay, un mouillage très accueillant où nous avons l’occasion de faire encore de belles plongées et de belles promenades. Nous trouvons même un petit bar restaurant où on peut se baigner dans une piscine à l’eau de mer illuminée…

Samaya nous quitte et les Galopins arrivent. Nous allons ensemble sur la petite île de Mayreau. Nous y retrouvons aussi Pierre-Yves et Isabelle, du bateau lorientais Gwada. Le lendemain, nous filons aux Tobagos Cays.

J’adore les Cays. Je crois d’ailleurs que c’est l’un des endroits que je préfère aux Grenadines. Juste après que l’ancre ait touché le fond, je saute à l’eau avec Arthur et là débute une plongée avec les tortues et les poissons (poissons coffres, carangues, etc.). Aux Tobagos Cays, nous retrouvons les Jolly Roger et Galopin. L’après-midi, Bob nous emmène sur la barrière de corail. Avec Maman, nous allons à un endroit où le corail est magnifique ! Et tout en avançant, nous apercevons, à moins de 5 mètres, un requin gris de récif ! Formidable ! Sur le retour de cette plongée, nous avons aussi l’occasion de nager avec une raie léopard et d’être à 10 cm d’elle : c’était fabuleux !!!

Goodbye ! And sea you soon dans les îles françaises !

Awen, qui passe le relais à Maman.

Malheureusement, nous quittons rapidement les Cays pour aller nous protéger d’un coup de vent à Canouan, une autre île des Grenadines. Nous y passerons Noël avec les Galopins, bloqués comme nous par le mauvais temps. Heureusement qu’il y a des langoustes pas chères ici car pour le reste, attention au porte-monnaie !!! Canouan est une très jolie île mais elle est aussi très privée… Tout y est cher et une bonne partie est interdite au public…

Nous quittons dès que possible cet endroit venté et profitons d’une toute petite fenêtre météo pour rejoindre Bequia, l’île au sud de St Vincent. La navigation est agitée et nous finissons en tirant des bords dès la pointe de l’île… Awen nous aide vraiment désormais en choquant les écoutes ou en winchant pour régler la voile d’avant ! Super !

Le mouillage de Bequia est bondé, c’est impressionnant ! Il faut croire que tout le monde s’est donné rendez-vous ici pour les fêtes !!! Finalement, nous fêterons le nouvel an sur cette île, loin de la Martinique que nous souhaitions rejoindre initialement pour les fêtes. Heureusement, les Galopins ne sont pas loin et nous passons de très bons moments ensemble. Au menu de la St Sylvestre : galettes de blé noir, crêpes au froment, chouchen et jus de pommes ! Un repas de Bretons quoi !

Début janvier, un créneau météo avec du vent mollissant nous pousse à remettre les voiles. En deux navigations (Bequia/Nord de Ste Lucie – St Lucie/Le Marin), nous rejoignons la Martinique. Des globicéphales et leurs copains les dauphins viennent nous saluer… Nous retrouvons la magie de l’instant. Après avoir embouqué le canal Ste Lucie-Martinique, nous voilà au bout d’un chemin. Qu’il est bon de remettre les pieds en terre française après 7 mois d’exil ! 7 mois, c’est aussi quasiment le temps qui nous sépare de notre retour en métropole. Notre route nous portera désormais toujours vers le nord…

On vous souhaite une excellente année 2016 !

2016. L’année de notre retour…

A bientôt avec de vos nouvelles et vos commentaires.

Sonia

Publicités