Bye bye Trini

Finalement, nous aurons passé 4 mois sur l’île de Trinidad. Pourquoi 4 mois me direz-vous ? Pour éviter la saison cyclonique, pour ne pas stresser avec la météo en restant dans la Caraïbe, bref, pour attendre calmement que les alizés reviennent dans les Petites Antilles. Retour en arrière sur quelques moments phares de ce séjour…

Après le départ de notre amie, nous sommes le 1er août et c’est le jour de la commémoration de la fin de l ‘esclavage à Trinidad, « Emancipation’s day ». Une grande fête, aux couleurs de l’Afrique, est organisée dans Port of Spain, la capitale. Le soir, une magnifique pleine lune illumine le ciel au-dessus des lumières de la ville que nous pouvons admirer du mouillage du Yacht club, avec nos amis de Coyote Island et Nicolas.

(cliquer sur une photo pour obtenir le diaporama)

Pendant tout ce temps, nous avançons l’école, fabriquons une nouvelle housse pour notre annexe (les UV ne rigolent pas ici…), un nouveau taud, nous continuons à découvrir l’île et retrouvons différents copains de voyage qui viennent travailler sur leur bateau dans les chantiers de Chaguaramas. Nous croulons aussi sous la chaleur, dans une ambiance humide et plombante.

Nous sortons nous aussi notre bon Chintouna de l’eau pour refaire l’antifouling et vérifier que tout va bien avant la dernière étape de ce beau voyage. Notre bateau passe d’une carène noire à une rouge bordeaux…

Nous nous rendons à plusieurs reprises sur l’île la plus à l’ouest de Trinidad, à seulement 7 km du Venezuela. C’est un joli endroit, où résidait il y a plusieurs décennies, une léproserie, tenue par des sœurs, dont plusieurs étaient françaises. Cet endroit abandonné nous permet de découvrir un autre volet de l’île. Nous ferons aussi à plusieurs reprises la marche jusqu’au phare où nous découvrons un manguier généreux, une maison abandonnée, des oiseaux type vautours et une vue sur le Venezuela. Chacachacaré est un endroit tranquille et sauvage, où la baignade est plus qu’autorisée et où les poissons sautent partout autour de vous… N’oublions pas les tortues et l’escorte des dauphins à notre arrivée…

Le 31 octobre, c’est Halloween et c’est la fête des petits et des grands aussi ! On organise une belle Halloween’s party, au yacht club de TTSA avec tous les équipages de copains ! Les enfants déguisés font le tour des bateaux pour réclamer une récompense ou lancer un sort (Treak or treat !). Et le soir, nous sommes une vingtaine à festoyer, déguisés aux couleurs de l’événement. Un excellent moment !

En octobre/novembre, la météo évolue et de gros grains rendent notre mouillage inconfortable. Nous chassons une fois (notre ancre dérape) et 7 autres voiliers aussi. Je me retrouve à remonter l’ancre à la main à l’avant, dans 35 nœuds de vent, en jupette/maillot et dans un clapot de folie sous la pluie battante. Awen gère le tas de la chaîne à l’intérieur et Brice assure à la barre avec le moteur. Arthur s’abrite dedans. Les cœurs battent très vite, les copains chassent tout autour de nous, on se regarde, on constate que certains se tapent aux autres… le carnage. Nous n’aurons rien d’autre qu’une sueur froide et l’envie de déguerpir. Après plusieurs grains violents de SE et l’heure du départ approchant, nous décidons de finir notre séjour à Trinidad à Chaguaramas, où nous sommes protégés de ces grains imprévus, de véritables phénomènes locaux violents. Là, il est temps de dire au revoir à nos amis d’Ivadel, Speedy, Ovea, Jolly Roger, Spip, Gwada, la Boiteuse…. Nous allons pointer notre étrave vers le nord et retrouver les eaux turquoises et les copains partis avant nous, accueillir les amis et la famille qui va venir nous rendre visite et profiter à fond de ces derniers mois de voyage. Eh oui, en juillet prochain, nous serons de retour dans notre chère Bretagne ! Sans regret et sans faute !

Espérons que les folies meurtrières du 13 novembre dernier ne se renouvellent pas et que le calme revienne dans notre pays. Nous pensons à vous tous en France et en Belgique qui vivez ces moments de près.

A très bientôt pour de nouvelles aventures et bon vent à vous,

Sonia

Publicités