Plongées dans les îles confettis

Fin mai, nous quittons la Martinique, en compagnie d’une jolie tortue, direction les Grenadines et ses eaux turquoises. Dans le canal entre la Martinique et Ste Lucie, nous croisons un banc de globicéphales. Le voyage commence bien !!! On reprend la mer et la mer nous offre ses trésors…

(pour voir le diaporama, cliquer sur une photo)

Nous laissons les îles de Ste Lucie et de St Vincent à bâbord et au petit matin, nous mouillons dans la baie de Bequia (que l’on prononce « béquoué »), et qui dépend de St Vincent-Les Grenadines. La baie nous enchante : sable blanc, végétation luxuriante, eaux aux multiples bleus, peu d’habitants, qui sourient et nous saluent facilement. Quelques marches nous permettent de découvrir cette petite île agréable. Nous y fêtons l’anniversaire du Capitaine et retrouvons avec joie nos amis de Speedy et de Taïlana.

Avant de viser une nouvelle île, nous nous ravitaillons en eau. Pratique, un bateau se déplace pour vous en apporter directement au mouillage. L’eau n’est pas donnée mais c’est un produit indispensable et vital dont on ne peut pas se passer.

Début juin, nous naviguons avec les Speedy vers les îles confettis des Grenadines. Nous commençons par mettre les voiles vers Mayreau, au sud de Bequia et de Canouan. Nous arrivons tous les deux au mouillage du sud de l’île avec un barracuda dans le frigo ! Pour une fois qu’on réussit à pêcher… En effet, du fait de l’arrivée massive de sargasses (algues) sur toutes les Antilles, il est quasiment impossible de pêcher. Les lignes, à peine mises à l’eau attrapent très rapidement ces algues. La navigation étant courte et les équipages motivés, on a passé notre temps à remonter la ligne pour enlever ces sargasses jusqu’au moment où, enfin, un poisson a accroché ! Hum, que c’est bon le barracuda !!!

Le lendemain, nous profitons d’une météo tranquille pour aller mouiller dans le parc naturel des Tobago Cays, archipel de cinq petites îles… A nous poissons multicolores, tortues, raies, coraux et eaux chaudes ! Nous sommes hors saison, le mouillage n’est pas bondé, impeccable ! Tout le monde s’en donne à cœur joie : « après manger on va nager avec les tortues ? Oui et après on va voir les raies ! » L’école étant terminée, nous profitons à fond de ces belles vacances turquoises. A force, on connait presque tous les poissons des lagons et on ne se lasse jamais de nager avec les tortues…

Le lendemain, nous rejoignons Petit Tabac derrière le lagon. Mouillage de jour, terre de tournage de Pirates des Caraïbes (le n°1, quand Sparrow et Elisabeth se retrouvent seuls sur une île déserte…), l’île est à nous. Les enfants des Speedy et de Chintouna construisent une cabane en feuilles de palme ; tout le monde pique-nique à l’abris des cocotiers. Il fait chaud ! Mais nous allons nous rafraîchir dans l’eau poissonneuse des lieux… Magique !

Mais voilà, le vent forcit à nouveau et les lieux ne sont pas exploitables dans ce cas. Nous quittons donc nos amis et visons l’île de Union plus au sud, pour nous abriter un peu et faire notre sortie. Nos îles confettis furent courtes mais intenses.

Le 4 juin, nous voici déjà à Carriacou qui dépend de l’état de Grenade. En décembre, nous espérons nager encore dans ces eaux magnifiques…

A bientôt et bonne fin d’été !

Sonia et tout l’équipage de Chintouna

Publicités

Retour en Martinique

Déjà bientôt 3 mois que le site attend son nouvel article… Commençons le voyage par les nouveautés martiniquaises avant de plonger dans les eaux transparentes des Grenadines.

Nous voilà donc revenus en Martinique où nous retrouvons de la famille. C’est toujours un plaisir de revoir les gens que l’on aime après une longue séparation. Visites et balades sont au programme : les belles plages de l’ilet Chevalier et des Salines, la marche dans la savane des Pétrifications, avec ses cactus et ses paysages lunaires. Découverte aussi du monument Cap 110, en souvenir d’un bateau rempli d’Africains soumis à l’esclavage, qui s’échoua sur la côte en face du rocher du Diamant…. Bien sûr, nous avons aussi visité l’une des nombreuses rhumeries de l’île, la rhumerie Clément, sur le domaine portant le même nom. Aux Trois-Ilets, nous découvrons le golf, vue sur mer.

(Cliquer sur une photo pour visualiser le diaporama)

La bateau étant mouillé à Ste Anne, nous commençons à bien connaître le site, avec son église, sa place, ses magasins et sa proximité avec Le Marin, vaste port martiniquais où attendent un grand nombre de catamarans qui seront loués toute la saison. C’est au Marin que nous remplissons nos réservoirs d’eau et que nous faisons des courses plus conséquentes. C’est là aussi que nous trouvons dentistes, ophtalmo, etc. Car Awen a besoin de lunettes désormais et nous devons faire le point régulièrement sur nos dents.

Après le départ de notre famille, nous nous retrouvons tous les quatre. Mais pas pour longtemps. Des copains de bateaux rencontrés en Guyane viennent d’arriver à Ste Anne ! Et puis il y a l’équipage de Taïlana (un Rêve d’Antilles comme le nôtre) avec ses deux enfants, Socrates II, Gamine, Tamata, Kuaka, Thélonious, Guyavoile, Ride On… Pas de quoi s’ennuyer ! Awen fête ses 12 ans entourée d’enfants et d’amis. Freddy lui offrira son baptême de plongée en bouteille. Un grand moment !

Avant de quitter le mouillage, nous assistons à une superbe régate de yoles traditionnelles. Par contre, elles ont tendance à passer un peu trop près des voiliers. Toute la journée, notre attention est accaparée par la beauté de l’événement et par la sécurité de notre voilier. Un voisin subira une avarie du fait d’un passage trop près d’une yole ; nous échapperons à cela.

Avant notre départ vers les Grenadines, nous visitons le moulin du Val d’Or à 10 min à pied du mouillage. Ce magnifique moulin à étage a été réhabilité pour témoigner du passé douloureux de l’île. Ne pas oublier, se souvenir, pour ne pas recommencer les erreurs du passé

Un animateur, habillé comme l’étaient les esclaves à l’époque, sans chapeau alors que le soleil brûle la peau, nous montre comment on taillait la canne à sucre, quels mots étaient prononcés en lien avec les gestes du labeur. Puis un âne nous emmène avec la canne dans le moulin. On y découvre une architecture intelligente, aérée et solide pour contrer vents, chaleur et cyclones. Une mule tourne le mécanisme qui permet de presser la canne et d’en retirer son jus. La visite est argumentée, riche et complète. Un beau moment culturel que nous recommandons.

Fin mai, nous mettons les voiles vers le sud, direction les Grenadines et ses poissons multicolores, tortues et raies. A bientôt pour de belles plongées à venir et bonnes vacances à vous !

Sonia