LA BELLE VIE EN MARTINIQUE

Salut tout le monde !!!! Cette fois-ci, je vais vous raconter la Martinique….

La navigation pour aller en Martinique a été très bien, comparée au autres…. En plus, on a vu un banc de dauphins qui a croisé notre chemin !

En arrivant en Martinique, nous avons revu des amis de bateaux : Pirates.com, Tec’hadenn et Madeo. Ivadel est arrivée un petit peu après. On a aussi rencontré une famille,sur un bateau de 26 mètres !

Quelques jours après, Vincent arrivait. Avec lui, on a visité des choses superbes et passionnantes ! Nous avons joué dans de grosses vagues sur différentes plages magnifiques et fait du bodyboard. On a nagé avec des poissons multicolores, mangé des glaces sur des plage avec des cocotiers devant le coucher de soleil, regardé des films, monté en haut de la montagne Pelée et joué aux Légos ! On a aussi visité le Marin et Ste Anne et cherché un trésor à l’Anse Noire… sans succès ! Et bien sûr, nous avons assisté au carnaval (journée du lundi, rouge, avec les petits diables…).

(pour voir le diaporama de photos, cliquer sur une photo et avancer avec les flèches)

Bref, la Martinique c’est génial !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (je vous la conseille…)

J’adore aussi la Guadeloupe car………………OH MINCE! Je viens de me rappeler que je dois aller faire du roller !!!!!!!!!!!

.Donc la Guadeloupe, ce sera pour la prochaine fois !

A Bientôt

Awen

Publicités

Du vent dans les voiles, de Trinidad à la Martinique

Voilà déjà quelques temps que nous avons quitté Trinidad pour remonter vers les Antilles françaises. Plus de deux mois que nous n’avons pas donné de nouvelles. Alors en route, cap vers le nord !

Tout d’abord, un événement nous a profondément touchés, comme il a touché la France entière en ce début d’année 2015 et, même dans les îles anglaises, l’indignation a suivi le drame de Charlie.

Charlie a fait le tour du monde

Alors que la nouvelle année pointait son nez à Trinidad et que je venais juste de mettre le site à jour, je lève le nez vers l’écran télé du cybercafé et j’aperçois des images du drame de Charlie Hebdo à Paris, diffusées par CNN. L’information passe en boucles, les reportages se succèdent, l’indignation règne et la petite communauté de Français qui travaille sur les chantiers, est submergée par une profonde émotion. On vient de nous taper sur la tête avec un mât de 10 tonnes… Nous nous connectons sur les sites Internet d’informations françaises, écoutons les interviews, lisons les différents commentaires, essayons de comprendre ce qui s’est passé. Décidément, le monde ne tourne vraiment pas rond et nos racines françaises vibrent d’effroi à la découverte du drame de Charlie. Autour de nous, dans le bar, on n’a pas l’air de s’intéresser plus que ça à cette tuerie ; un attentat parmi tant d’autres…

Et pourtant, tout au long de notre remontée vers les Antilles françaises, nous rencontrerons à Grenade, Cariacou, St Vincent et Ste Lucie, des locaux qui nous parlerons de cet incident porteur de sens. Ils essaieront de parler français pour nous faire comprendre qu’ils sont solidaires de ce qui se passe là-bas, de l’autre côté de l’Océan, sur le vieux continent… Charlie a fait le tour du monde…

Traversée vers Grenade

Mais voilà, la vie continue malgré tout et il nous faut mettre les voiles vers Grenade, située à environ 80 milles de là. Nous partons en début d’après midi le 8 janvier, avec la marée, afin d’aborder au mieux l’étroit passage situé près des Bouches du Dragon. La navigation n’est pas des plus agréables, nous sommes au près et la mer est désordonnée, hachée… Les enfants décident donc de rester dehors une partie de la nuit, car le mal de mer n’est pas loin et à l’intérieur, c’est infernal. Une vague passe par dessus bord et nous voilà tout mouillés. Il faut se sécher et se changer et donc rentrer à l’intérieur, ce qui n’est pas une partie de plaisir. Finalement, nous arrivons au petit matin à Prickly Bay, au sud de Grenade et mouillons sous voile, le moteur s’étant arrêté peu de temps avant que l’on aborde le mouillage. Malgré la fatigue de la nuit, tout se passe au mieux et nous réussissons à régler notre problème moteur.

Départ de Prickly Bay à Grenade

Départ de Prickly Bay à Grenade

Grenade

A Prickly Bay, les bateaux sont en nombre, et à terre, un bar permet à la communauté de yachties de se retrouver autour d’un jeu d’échec, d’une partie de dominos… On peut brancher son ordinateur, manger un bout ou boire un verre. Nous retrouvons à nouveau des bateaux-copains que nous suivons depuis le Cap-Vert ou le Brésil mais je trouve qu’il y a vraiment trop de monde ici. Il nous faut néanmoins attendre un peu avant de bouger car la météo est à la pluie et n’est pas favorable. Enfin, nous changeons d’endroit et partons avec Ivadel découvrir une autre partie de l’île.

Le mouillage de St Georges, la capitale, se situe face à une magnifique plage et près de la ville avec les commodités qui vont avec. Non loin, près de la pointe du Dragon, à la pointe de la Molinière, il y a également une exposition sous-marine, de Jason de Caires Taylor. Nous partons sur le site à bord d’ Ivadel. Qu’il est agréable de naviguer sur le bateau des autres ! Et Ivadel est un superbe catamaran typé course-croisière, où l’on n’est pas obligé de tout ranger avant de partir naviguer (ce qui impressionne les enfants) et où l’on peut marcher facilement. Sur Chintouna, en navigation, nous sommes plus souvent assis que debout.

Arrivés sur site, nous prenons une bouée et enfilons tout l’attirail du parfait plongeur de surface : les palmes, le masque et le tuba (PMT). Tout le monde se met à l’eau, et en avant, à la découverte de ces incroyables statues sous-marines. Des cercles d’enfants et d’adultes, un écrivain avec sa machine à écrire, un Jésus, à la manière de celui de Rio de Janeiro, une sirène, une gravure, des femmes au fond, un homme à genou en train de prier… L’émerveillement est là, les enfants sont conquis, voilà une belle plongée que nous n’oublierons pas !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sandy Island

Nous mettons ensuite les voiles vers Sandy Island. Quelle joie de découvrir cette petite langue de sable qui se jette sur des tombants bondés de poissons en tout genres. L’eau, transparente, donne envie de se baigner ; le sable blanc, fait rêver les enfants et les grands…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cariacou

Non loin de là se trouve la petite île de Cariacou, qui dépend de l’Etat de Grenade, avec sa ville principale Hillsborough. Nous en profitons pour déguster des langoustes aux prix attractifs (1,5 kg à 10 euros…). Alors qu’un paquebot mouille près de l’île, la population prépare aux touristes un petit spectacle musical avec les percussions locales. Ce matin là, la petite ville est envahie de « blancs ». Cela change de d’habitude et nous sommes perdus dans la masse. Un petit marché de fruits et légumes nous permet de faire le plein et nous filons vers Petite Martinique et Petit St Vincent au nord de Cariacou.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petite Martinique et Petit St Vincent (PSV)

A Petit St Vincent (PSV), nous abordons les fameuses Grenadines (qui sont plus bleues que rouges d’ailleurs…). L’île est privée et on y trouve un complexe hôtelier discret et de haut standing. Nous avons quand même le droit de mouiller devant, d’aller prendre un verre ou de manger au restaurant ainsi que de marcher sur la plage… mais seulement sur la plage. On ne coupe pas par la pelouse pour rejoindre un autre bout de plage, c’est interdit et il y a du personnel fort sympathique qui nous le rappelle si besoin. L’eau est limpide, transparente, les bleus sont extraordinaires et nous nous régalons à nager dès que possible. Là aussi nous sommes avec nos amis de bateaux. Nous avons aussi le plaisir de rencontrer des marins brestois qui ont deux enfants et un Rochelais ! En peu de temps, c’est fait, on reparle de notre chère Bretagne et les enfants en profitent pour passer du temps ensemble : jeux sur les bateaux et activités nautiques (kayak, PMT et stand up paddle).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En face se trouve l’île de Petite Martinique où nous mouillons ensuite. Ici, c’est du local, on peut échanger un peu avec la population. La vue sur les Grenadines, des hauteurs de Petite Martinique, est magnifique. Nous avons hâte de nager dans ces petits lagons où les eaux sont poissonneuses et turquoises. Mais nous gardons les Grenadines pour plus tard, lorsqu’il y aura moins de monde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vers la Martinique en passant par les îles

Début février, un ami nous rejoint en Martinique. Nous envisageons alors de remonter tranquillement vers cette île française, en nous arrêtant chaque soir dans une île différente : Canouan, St Vincent et Ste Lucie, au pied des deux pitons. La navigation durera 6 jours. Aux Antilles, le soleil domine, le vent rafraîchit, mais lorsque l’on navigue, il faut passer les canaux entre les îles. Dans ces canaux, la mer peut être forte car c’est toute la houle du grand large qui s’y déverse. En outre, à proximité des îles, des perturbations diverses (accélérations du vent, mer perturbée avec la remontée des fonds…) rendent la navigation quelquefois éprouvante surtout lorsque l’on remonte vers le nord, le vent étant le plus souvent de Nord-Est, donc quasiment en face…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous sommes donc bien heureux lorsque nous jetons l’ancre à Ste Anne, en Martinique, 9 ans après notre premier voyage (http:://enfantsatlantique.free.fr). Nous y revoilà ! Nous constatons à nouveau qu’il y a beaucoup plus de bateaux au mouillage qu’il y a presque 10 ans. C’est ainsi et il faut faire avec. Ceci dit, la plage est toujours aussi belle et l’avenir nous prouvera qu’il y a encore des endroits peu fréquentés dans cette belle Martinique !

Pani problem !

Je laisse Awen nous raconter sa Martinique dans un prochain article.

Bon vent à vous et à bientôt avec vos commentaires,

Sonia