Las Palmas, dernière escale avant le Cap Vert…

Nous voilà sur la dernière île que nous visiterons aux Canaries avant de partir pour le Cap Vert. Nous restons plus d’un mois ici et passons les fêtes de Noël avec de la famille qui nous a rendu visite. Nous passons aussi plus de 15 jours à visiter l’île qui nous émerveille et qui contraste, bienheureusement, avec la grande ville de Las Palmas (capitale des Canaries).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A Agaete, nous découvrons les restes d’un rocher tombé lors de la violente tempête de 2005 (l’ancien « doigt de Dieu »). Les falaises y sont abruptes et la côte tourmentée. A Arucas, nous arrivons dans un petit village typique, pourvu d’une église qui nous semble démesurée. A Teror, nous visitons une basilique gigantesque et parcourons des rues qui nous font penser à nos villages de montagne. A Santa Brigida, nous surplombons une caldera gigantesque (cratère), A Firgas, nous admirons les mosaïques et les représentations des îles canariennes dans une rue montante… Dans le sud, nous découvrons les dunes de Maspalomas qui attirent tant de touristes de l’Europe du Nord.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Brice profite de la voiture pour aller windsurfer sur le fameux spot de Pozo Izquierdo et rencontre quelques champion(ne)s du monde…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous continuons nos visites et sommes enchantés par le centre de l’île. Pics et rochers, vallées et paysages montagneux, routes minuscules, lacs près de Mogan, vues sur le Teide (la plus haute montagne d’Espagne, sur l’île de Tenerife)… Nous découvrons aussi les villages troglodytes des premiers habitants de l’île, les Guanches. Au détour d’une petite route, nous en trouvons un qui compte encore quelques habitants et des chèvres. Que des paysages sublimes qui permettent de faire le plein de nature avant de revenir chaque soir dans notre port gigantesque, bordée d’une quatre voies où les sirènes d’ambulance et de la police retentissent trop régulièrement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais Las Palmas est une grande ville avec ses charmes : la vieille ville, le bord de mer, les vagues magnifiques, les jeux pour enfants et toutes les commodités liées à une grande ville.

Le 6 janvier, c’est la grande fête des rois mages. Ici, les cadeaux ne sont pas donnés le 25 décembre mais le 6 janvier et nous assistons à une grande fête populaire où les Romains sont aussi de la partie ! Après un défilé de chars colorés, les rois mages arrivent sur des dromadaires précédés de musiciens. Derrière, des jeunes filles suivent et récupèrent les lettres des enfants (la liste de cadeaux…). A notre bord, ce seront galette des rois, cuisiné par Ludo d’un autre équipage, et crêpes de Sonia, pour ne pas faire défaut aux traditions…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous parlons un peu espagnole, les enfants aussi. Au port, c’est la valse des voiliers. De toutes les tailles, de toutes les formes, de toutes les nationalités… C’est le moment aussi pour faire le plein de la cambuse et pour affiner la préparation des traversées à venir (Canaries-Cap Vert et Cap Vert-Brésil). Nous accueillons les uns, saluons les départs des autres. Il est temps de mettre les voiles ! Et cette fois-ci, nous aurons la chance d’être accompagné d’un équipier. Une nouvelle aventure pour lui, comme pour nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En attendant le Cap Vert et le récit de notre traversée qui durera entre 7 et 8 jours, nous vous souhaitons à tous bon vent !

Place désormais au petit jeu culturel du blog. A vous de jouer !

Lanzarote, une île en noir et blanc

Après une navigation de 5 heures, nous arrivons dans le port de Naos à Arrecife, sur l’île canarienne de Lanzarote. Le contraste est flagrant avec La Graciosa : le port nous semble immense et des travaux sont en cours promettant un complexe important aux abords de la marina. Pourtant, le port est loin d’être plein. Et nous prenons notre temps pour choisir une place, ayant un large choix devant nous. Là, nous retrouvons des équipages rencontrés à l’escale précédente et les enfants se font une joie de pouvoir rejouer avec leurs copains de voyage…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous ne restons qu’une seule semaine à Lanzarote mais essayons de voir le plus possible de choses dans cette belle île, où le noir du paysage contraste souvent avec le blanc des habitations. Bien que beaucoup plus habitée que La Graciosa, Lanzarote reste un site préservé grâce au travail de César Manrique. Cet artiste a mis sa patte un peu partout sur l’île permettant au visiteur curieux d’apprécier ce lieu où l’art et la nature sont liés en permanence. 

Nous entamons nos visites par la musée international d’art contemporain, apprécié par les enfants qui écoutent avec attention les explications du petit appareil prêté à l’entrée. Puis, nous filons visiter le parc de Timanfaya. Les dernières éruptions datent du XVIIIe siècle. Elles ont laissé derrière elles plus de 200 km2 de laves, de scories et de cendres. La visite de ce parc national nous permet d’admirer le paysage lunaire de cette activité volcanique et de mieux comprendre comment la faune et la flore peuvent se réinstaller dans ce paysage aride. Nous assistons à un geyser provoqué par un garde du parc qui jette de l’eau à 10 mètres de profondeur, l’activité volcanique la rejetant violemment à plusieurs mètres au-dessus de la terre. Les morceaux de poulets cuisants au-dessus d’un puits de chaleur (par géothermie), font la joie des touristes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ayant loué une voiture, nous continuons à parcourir l’île. Nous visitons un tunnel naturel de plusieurs kilomètres : la lave ayant avancé jusqu’à la mer, a refroidi à l’extérieur et a continué son chemin jusqu’à l’océan laissant derrière elle un véritable tunnel dans lequel nous pouvons circuler jusqu’à une incroyable salle de spectacle sous terre !

Le jardin de cactus, une grotte avec des aménagements pédagogiques et un magnifique mirador avec vue sur La Graciosa nous enchantent. Nous découvrons aussi le lac vert d’El Golfo, des salines, une plage de galets noirs avec de l’olivine incrustée (qui sert à créer des colliers artisanaux), et une route où les vignes sont partout, alignées et protégées par des murets ou insérées dans des espèces de cuvettes à même la cendre. Oui, il y a du vin à Lanzarote. On y vend même des produits associés auxquels on attribue des vertus thérapeutiques. La vinothérapie : un nouveau terme à intégrer à notre lexique ! A Teguise, nous ratons le superbe marché du dimanche mais retrouvons Domingo, de passage sur l’île, en prévision de son mariage… Nous rencontrons sa future femme et passons du bon temps au soleil à siroter une boisson.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis il faut mettre les voiles à nouveau. Nous avons rendez-vous à Las Palmas dans 15 jours avec de la famille et nous devons précéder un coup de vent pour ne pas être en retard. Tant pis pour Fuerteventura, on sera obligé de revenir… En bateau, il faut savoir s’adapter à la météo, quitte à balayer quelques escales de son programme. Tant pis. Nous avons du coup le plaisir de partir faire cette navigation Lanzarote-Las Palmas avec nos amis du Mobilis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A bientôt pour les nouvelles de Las Palmas !